RLP CONCEPT La qualité pour votre bien-être

La gélule : choix et composition

 

INFORMATION IMPORTANTE

SUR LA FABRICATION DES GELULES

 

Il faut savoir que le poids de l'enveloppe des gélules que nous trouvons dans nos compléments alimentaires peut représenter jusqu'à 26% du poids total du produit fini. La qualité de cette enveloppe est donc à interroger. Mais, à y regarder de plus près, choisir a priori des gélules que ce soit d'origine végétale ou animale n'est pas si simple. Bien que nombreux aujourd’hui prônent pour les produits végétaux, il faut admettre, suite aux arguments qui vont suivre, que ce qui parait bon parce que dit « végétal » ou mauvais parce que dit « animal » ne sont que des propos qui relèvent purement du marketing pour nous faire croire des choses qui sont loin de la vérité.

Aujourd'hui, vous trouverez deux types d'enveloppes de gélules: celles appelées « végétales », et celles en gélatine dites « d'origine animale ».

 

1) Les enveloppes dites « végétales »

 

Contrairement à ce que son appellation laisse entendre, une « enveloppe d'origine végétale » n'est au final pas un produit naturel. Elle est issue de la cellulose de pin transformée lors de réactions faisant intervenir des solvants chimiques. On la connaît sous le nom de gélule « végétale » ou gélule d'HPMC pour HydroxyPropylMethylCellulose ou E464. Cette enveloppe n'est pas et ne peut pas être certifiée Bio, car c'est un produit non agricole et transformé. Par contre, le règlement européen l'autorise dans les produits Bio, mais en l'excluant du pourcentage d'ingrédients bio dans le produit. 

 

 

2) Les enveloppes en gélatine d'origine animale

La gélatine est une substance naturellement présente dans les tissus animaux. Ainsi, les enveloppes en gélatine peuvent être d'origine bovine, porcine, aviaire ou marine.

La gélatine d'origine marine est la plus courante dans les compléments alimentaires : celle d'origine de porc pose trop de problèmes sur les plans religieux et éthiques. La gélatine de poisson est issue de la peau des poissons: elle contribue à réduire les déchets en valorisant les produits dérivés de la pêche. De plus, la pisciculture bio est reconnue comme très peu polluante. Enfin, le mode de fabrication est très simple: seuls des traitements physiques à base d'eau sont utilisés !

 

Que choisir ?

 

Vous le voyez bien, il n'y a pas de réponse toute faite !  Le recours aux matières végétales a spontanément la préférence de la majorité des personnes interrogées. Cependant, si l’on regarde les choses OBJECTIVEMENT et non basées sur des idées arrêtées telles que  « tout ce qui vient de l’animal est mauvais et tout ce qui vient des végétaux est bon » on s’aperçoit que le processus de fabrication des enveloppes en HPMC (d'origine végétale) pose problème : le recours aux solvants chimiques n'est sans aucun doute pas anodin pour l'environnement et la matière première, aussi naturelle qu'elle puisse être, a été largement altérée. En absorbant ces enveloppes en HPMC, on soumet aussi notre corps à une substance toxique de plus !

Ce n'est pas une gélule qui va nous tuer, direz-vous ? Certes non, mais les agressions quotidiennes et répétées que subit notre corps à cause des multiples produits chimiques et de synthèse peuvent, elles, nous tuer à petit feu.

Quant à la gélatine de poisson, les problèmes sont écologiques (la surpêche est un vrai désastre pour l'écosystème marin) et éthiques (si l'on est végétarien ou végétalien). Néanmoins, on peut considérer aujourd’hui, même si cette opinion ne fera jamais l’unanimité de chacun d’entre nous, que la valorisation des produits de la pêche limite le plus possible les déchets et le gaspillage. Mais plus égoïstement, notre corps sera sans doute moins agressé par cette gélatine de poisson naturelle que par un produit de synthèse (quand bien même d'origine végétale).

 

Comment la gélule végétale a fait son apparition ?

 

Suite au problème de la maladie de la vache folle, de nouvelles matières pour l’enveloppe tels les composés de la cellulose sont apparues.

Les gélules végétales existent effectivement surtout depuis l’apparition de cette maladie de la « vache folle », tout simplement parce que la présence de gélatine animale, dans les gélules « classiques », suscite beaucoup d’interrogations chez les consommateurs.

Les gélules végétales sont composées d’une forme relativement purifiée de cellulose, obtenue à partir de pulpe de bois (prélevée sur les forêts), qui est mise en réaction avec de la soude. La cellulose traitée par la soude est alors mise en contact avec du chlorométhane et de l’oxyde de propylène pour produire l’hydroxypropylméthycellulose. Le produit est alors purifié, moulu et transformé en une poudre fine et uniforme ou transformé en granulé. A ce granulé on ajoute de l’eau (5% environ) pour obtenir une pâte qui sert à la fabrication des gélules. Ces gélules sont bien « d’origine végétale » comme le gas-oil que l’on met dans une voiture est d’origine naturelle et minérale.

Enfin, il faut savoir que les gélules végétales n’ont qu’une diffusion confidentielle alors que les gélules de gélatine sont utilisées, chaque année, à des milliards d’unités et sans problème depuis un demi-siècle. »

De plus, les inquiétudes des consommateurs ne sont que subjectives car l’emploi de méthode de fabrication de la gélatine garantit aujourd’hui l’absence de risque d’encéphalite spongiforme bovine.

Mais commercialement parlant, ça fait +bio de dire que les gélules sont végétales et c’est la raison pour laquelle elles ont envahit le marché des compléments alimentaires.

Cette substance est utilisée dans 99,99% des gélules végétales que l’on trouve actuellement sur le marché. Ainsi, derrière le terme « gélule végétale » vous avez toutes les chances de trouver cette substance, qu’il est recommandé de fuir. Cette molécule n’est pas exempte d’effets nocifs sur la santé. Il est aujourd’hui attesté que l’hypromellose peut provoquer la survenue d’opacité cornéenne chez des patients opérés de la cataracte et utilisant des collyres qui en contiennent. Mais plus grave, le solvant utilisé pour sa fabrication, l’oxyde de propylène, est réputé cancérogène.

 

Futur des gélules : seront-elles végétales ou d’origine animale ?

 

A ce jour, il existe des gélules dites végétales naturelles qui ne sont pas transformées chimiquement et qui ne posent aucun problème ni d’éthique, ni de santé, ni d’écologie mais malheureusement, la demande est à ce jour si faible que peu de laboratoires la proposent ; et ceux qui la proposent, la vendent trop cher pour encourager les sociétés de ventes de compléments alimentaires à trancher positivement en sa faveur.

Mais viendra le jour où la demande sera suffisamment importante que tous les laboratoires s’y mettront. Le prix sera alors favorable pour encourager sa fabrication dans tous les compléments alimentaires.

A ce jour, pour permettre d’offrir toujours le meilleur qu’il soit possible de proposer à tous ses partenaires/clients, malgré tout le respect auprès des végétariens et des végétaliens, et dans la limite du possible, toutes la majorité des gélules des compléments alimentaires RLP CONCEPT sont désormais certifiées en gélules d’origine marine. Et quand le marché évoluera vers des gélules végétales saines, les modifications se feront alors pour qu’elles soient toutes d’origine végétales.

Snapshot_1